4L Trophy : retours sur une aventure sportive et solidaire par les 4L Faons

Deux élèves-ingénieurs de l’Esigetel ont participé via l’association 4L Faons de l’école à la  19e édition du Raid 4L Trophy, compétition sportive et solidaire qui s’est déroulée du 18 au 28 février 2016. Au total, 1132 équipages soit 2264 participants issus de plus de 1460 écoles ont pris part à la célèbre course.

 

C’est à bord de la mythique 4L que Tristan CHAPIROT, élève-ingénieur en dernière année de cycle ingénieur (M2) dans la Majeure « Virtualisation et Cloud », et Mathieu DE SOUSA, étudiant en M2 dans le cycle ingénieur par apprentissage, sont partis de Biarritz, ont traversé l’Espagne puis le désert marocain pour livrer nourriture, matériel et fournitures scolaires aux enfants les plus démunis du Maroc.

Pour classer les équipages, 4LTrophy comptabilise les kilomètres parcourus et non la vitesse. Il s’agit en quelque sorte d’une course d’orientation où ceux qui suivent au plus près le trajet défini sur la carte remportent la compétition.

De fait, la solidarité entre les participants domine. « La course est basée sur l’entraide, loin des tensions et du chacun pour soi » raconte Mathieu. « Lors de l’étape marathon, nous avions perdu nos camarades de route, mais d’autres équipages se sont arrêtés pour nous aider à désensabler notre 4L. »

 

L’ultime défi du Raid 4L trophy, c’est l’« étape marathon », une longue traversée du désert sur deux jours en autonomie. « L’étape marathon, était selon nous, la plus intéressante. Elle comportait des moments plus aventuriers sans encadrement de l’équipe organisatrice. »

Si l’équipe n’est arrivée que 732e, elle revient de cette aventure avec des images plein les yeux, de nouvelles amitiés liées sur les pistes ou les bivouacs et le cœur plein de ces élans de solidarité. « Le Raid 4L Trophy, c’est deux semaines où l’on ne connait personne et tout le monde à la fois. Il permet de rencontrer des personnes de la France entière qui sont tous là pour la même chose : partager, donner et vivre cette aventure ».

La course est basée sur l'entraide, loin des tensions et du chacun pour soi

Mathieu DE SOUSA élève-ingénieur en dernière année de cycle ingénieur alternance
12/05/2016